Charlotte BLEIN

pour l’Atelier du Patrimoine
et le Labo Mémoire

Après avoir réalisé des études en histoire et en archéologie, Charlotte Blein est aujourd’hui titulaire d’un doctorat dans ces deux disciplines (E.H.E.S.S./Université de Thessalonique/EfA) ; elle s’est par ailleurs formée à la médiation scientifique et au pilotage de projets culturels (CNAM).

Au cours de sa formation et de ses années de recherche universitaire, elle s’est engagée dans différents projets qui l’ont menée sur des terrains d’enquêtes archéologiques et historiques variés en France et à l’étranger (Grèce, Albanie). Dans ce cadre, elle a travaillé aux côtés d’acteurs du patrimoine et du monde scientifique. Le temps qu’elle a par ailleurs consacré à l’enseignement universitaire et secondaire l’a toujours encouragée à communiquer de façon claire et précise les résultats de la recherche scientifique. Enfin, son parcours et ses rencontres l’ont conduite à développer une réflexion sur les enjeux sociétaux d’une sauvegarde et d’une valorisation pertinente et sensible du patrimoine (pour une première formalisation de cette réflexion : ici).

En 2017, forte de ces expériences et de cette réflexion, elle fonde ArcheVive afin de mener à bien ses ambitions et de prendre part, selon une démarche et un positionnement éthique cohérents, à l’étude, la sauvegarde et la valorisation des patrimoines et des mémoires de notre société.

LinkedIn               CV     

Christophe LEROY

pour le Labo Mémoire

Christophe Leroy est réalisateur de films documentaires, membre fondateur de la Troisième Porte à Gauche. Au sein de cette structure, il a réalisé quatre documentaires qui ont reçu un accueil encourageant dans les festivals dédiés. « Jikoo, la chose espérée » gagne même plusieurs Grands Prix. Réalisateur exigeant, il s’implique dans une vie associative où l’animation socio-culturelle occupe une place prépondérante : il anime ainsi des projections mensuelles dans son quartier, intervient dans des centres sociaux, collèges et lycées de Gironde. De ce fait, il a l’habitude de réaliser des films dans le cadre d’ateliers.

Céline SÉGALINI

pour le Labo Mémoire

En 2014, elle a soutenu sa thèse de doctorat à Sciences Po Bordeaux, prolongeant un parcours d’études à la croisée de la philosophie, de la sociologie et de la science politique. Jusqu’à présent, ses travaux de recherche ont essentiellement porté sur l’aide au développement et la mise en œuvre des politiques environnementales impulsées par les agences de développement dans les pays du Sud.

Lors d’une récente enquête, elle a plus spécifiquement interrogé la mémoire de l’aide et ce qui demeure de différentes décennies d’aide au développement dans le souvenir des populations bénéficiaires.
Le souci de coller aux aspérités du terrain l’a par ailleurs conduite à mener des enquêtes de terrain en Afrique (Cameroun, Sénégal) où elle a pu faire ses premières armes. Elle a également exercé plusieurs fonctions à Sciences Po Bordeaux : cours magistraux et pratiques dont un module sur les méthodes d’enquêtes de terrain, participation à l’animation de la vie du laboratoire Les Afriques dans le monde.

Aujourd’hui, afin de renouveler sa pensée et son approche, encouragée par la curiosité, elle s’attache à allier ses activités académiques à son engagement associatif dans le monde de l’audiovisuel : animation et organisation du Festival Passagers du Réel (hors les murs du Festival du film ethnographique Jean Rouch), animation d’un atelier sur la fabrique filmique en sciences sociales, élaboration d’un projet de recherche sur la production filmique des agences d’aide au développement et réalisation d’un film documentaire sur la société de consommation de la génération née dans l’entre-deux-guerres.